lundi 25 décembre 2017

"Petit Papa Noël" est passé à Bercloux


Ce sont les enfants qui font le spectacle pour la fête de Noël à Bercloux. Les répétitions des acteurs (très petits cette année puisque les plus grands n’osent plus monter sur scène) ont lieu un mois avant la journée féerique avec  l’adjointe Edwige Gay et la conseillère municipale Évelyne Vinet, dite Nini. Le 16 décembre, la tradition s’est poursuivie. Neuf enfants de la commune se sont produits sur scène en clowns, mimes,  comédiens, chanteurs. Ils ont chanté Petit Papa Noël et ont appelé très très fort le Père Noël qui est venu avec sa hotte pleine de cadeaux.



"Petit Papa Noël" a été chanté par les enfants accompagné par le pianiste Patrick Gouinaud, conseiller municipal.
Parmi les plus petits, certains ont eu très peur du Père Noël avec sa barbe blanche très envahissante, mais d’autre l’ont beaucoup embrassé, et même encerclé avec leurs bras.
Une soixantaine d’enfants de zéro à 11 ans, habite la commune. Ils ont reçu en cadeaux des peluches pour les plus petits, des jeux de construction pour les moyens et une entrée au cinéma pour les plus grands. Les enfants qui n’ont pas pu être présents peuvent aller chercher leur jouet à la mairie.


les enfants ont salué le public après leur prestation.
Déjà en 1972, le conseil municipal avait décidé et voté pour distribuer un cadeau de Noël à chaque enfant de l’école de Bercloux qui existait à cette époque. Ce sont les conseillers municipaux Georges Morin, René Gaudin et Jacques Desrentes qui ont été désignés à cet effet. L’école a été fermée en 1979 en raison d’un nombre insuffisant d’enfants scolarisés. Elle a été désaffectée en 1983. La maison d’habitation de l’instituteur est loué à des particuliers et la salle de classe et le préau sont devenus la salle des fêtes de Bercloux, où a eu lieu la fête de Noël pour les enfants et leurs familles.
En 2001, la première fête de Noël pour les enfants de la commune a été décidée par le Conseil municipal et le maire Michel Mouton. Edwige Gay conseillère municipale et Mauricette Réveillaud adjointe ont organisé les répétitions des enfants et le spectacle. Depuis cette date, Edwige devenue adjointe continue les répétitions, avec, maintenant, la conseillère Évelyne Vinet.  Le maire, Philippe Laclie a souhaité continuer ces moments privilégiés. “Il faut se mobiliser, en parler autour de vous  pour que cette fête symbolique perdure”.
L’après midi de ce 16 décembre s’est clôturé par un bon goûter fait de chocolat chaud, galette pour les enfants; de vin chaud et de café pour les adultes.




mardi 21 novembre 2017

11 novembre 2017

Il y a 99 ans, nous étions dans "La Grande Guerre". Après recherches dans les délibérations du conseil municipal de l'époque, voici comment les élus ont vécu cette période. Le maire était Anatole Pommier depuis 1904. Le conseil municipal de 1912 à 1919 était composé de Alphonse Morin (adjoint), Valentin Poupelain, Henri Nezereau, Charles Morin, Alexis Gros, Albert Mége, Anselme Rousseau, Léopold Boucherie.

Le Conseil municipal de cette époque a dû gérer de nombreuses difficultés.
12 août 1914. Examen de la situation agricole du Pays (circulaire du Préfet en date du 7 août), relative à la main d’oeuvre agricole et aux machines existantes dans la commune. Le Conseil constate que les récoltes sont rentrées, le battage commencé, les travaux pourront se poursuivre sans secours étranger.
17 août 1914. Nomination et constitution du comité de vigilance pour toutes les questions de subsistance, de secours divers, travaux agricoles de toute sorte.
31 août 1914. Désaffection de crédits pour Secours aux victimes de la guerre pour les habitants des pays envahis. Le Conseil propose de consacrer sous la désignation “Secours aux victimes de la guerre” une partie des sommes primitivement destinées aux réparations des chemins, aux familles des réfugiés Français et Belges. Ce qui correspond à un total de 1216,85 francs.
8 novembre 1914. Par suite de la guerre, les semailles se font néanmoins dans de bonnes conditions, grâce au courage et à l’activité des femmes, des vieillards et des enfants. La température clémente contribue à la bonne réussite de l’ensemencement. Il est à prévoir que la superficie de terres emblavées, cette année, sera au moins égale à celle de l’année dernière.
11 mars 1915. Exonération des mobilisés de la taxe vicinale en nature et en espèces pour 33 personnes. Demande à reporter en 1915, les taxes vicinales en nature de 1914 en raison du surcroît de travail pour l’agriculture que nécessite la mobilisation (51 personnes).
Augmentation du poste “dépenses imprévues” en raison de frais supplémentaires dûs à la guerre.

22 août 1915. Don de la commune de Bercloux à l’occasion de la guerre.
Après la déclaration de la Guerre à la France par l’Allemagne le 1er août 1914, les habitants de la commune se mirent en devoir de fournir du linge pour les hôpitaux.
Grâce au dévouement des dames de la localité, un atelier fut installé dans l’école et fonctionna pendant des mois. Les objets suivants furent confectionnés ou raccommodés et remis aux trois hôpitaux de St Jean d’Angély : draps de lit (50), nappes (15), taies d’oreillers (14), chemises d’hommes (100), chaussettes (1 paire), bandes diverses (284), torchons (156).
La somme de 81 francs souscrite en même temps fut remise aux deux hôpitaux de la Croix Rouge à St Jean d’Y.
La Guerre se poursuivant et l’hiver étant proche, un nouvel effort fut fait.
Une somme de 98 francs 45 centimes fut souscrite volontairement et employée à l’achat de laine. Les objets suivants confectionnés ou offerts furent envoyés à Madame Landoire, femme du Préfet, pour être expédiés aux soldats nécessiteux :
gilets de laine (13), ceintures de laine (6), mouchoirs (17), chaussettes de laine (38), passe montagne (14), cache nez (2), genouillères (11 paires), manchette (7 paires).
La formation sanitaire du Douhet ayant eu besoin de couverture pour ses lits, la commune de Bercloux, grâce à de généreux donateurs et au dévouement de quelques dames, peut offrir 18 couvertures doubles de fortune.
Sur l’invitation de Monsieur le Préfet, les viticulteurs ont offert gratuitement pour les défenseurs de la France, 37 hectolitres de vin qui ont été expédiés à l’Intendance de La Rochelle le 28 avril 1915.
La quête du 75 faite par les demoiselles de la commune a produit la somme de 115 francs qui a été adressée à Monsieur le Sous Préfet de St Jean d’Angély le 26 février 1915.
Une deuxième quête faite au profit des orphelins de la guerre a produit la somme 50 francs également adressée à Monsieur le Sous Préfet le 18 juillet 1915.
20 juin 1916. Cocarde du Souvenir. “Sur la proposition du Président il y a lieu par une subvention de la commune de contribuer à la conservation des tombes des soldats morts pour la Patrie. Il importe qu’une plaque, portant une inscription solide, soit fixée aux endroits où dorment les glorieux Français tombés au champ d’honneur. Vote la somme de 50 francs. Cette somme sera adressée au siège de l’Oeuvre, 1 rue Jules Lefebvre à Paris, aussitôt qu’elle sera rendue payable”.

1er octobre 1916. Dégrévement de la taxe vicinale pour les mobilisés année 1915 : Camille Chat, Maxime Geay, Alexis Gros, Albert Mége, Laitier Matard, Abel Poirier, Jean Vinet, Amédée Texier.

4 mars 1917. Vote de subvention aux oeuvres de la Charente Inférieure au profit des “oeuvres départementales de guerre”. Le Conseil est soucieux d’affirmer ses sentiments de solidarité et de collaborer par tous les moyens en son pouvoir à la grande oeuvre de défense nationale. 100 francs sont votés.

4 avril 1918. Au sujet des réfugiés des Pays envahis qui doivent être hospitalisés par la commune. Le Conseil émet un voeu au sous-préfet afin que les réfugiés à recueillir soient des cultivateurs. Il signale également que Bercloux ne possède pas d’épicerie et de fournisseurs permettant d’une façon rationnelle l’alimentation des évacués.

11 juillet 1919. Message aux Etats-Unis.
”Les habitants de la commune de Bercloux représentés par leur maire et leurs conseillers municipaux, expriment à Monsieur Wilson et au Peuple américain toute leur reconnaissance pour l’aide décisive qu’ils ont apportée au châtiment des barbares qui voulaient rétablir l’esclavage des peuples.
Honneur aux Etats-Unis, la Grande République soeur !”.
84 francs ont été recueillis lors de la quête pour les Morts pour la France.

lundi 26 juin 2017

La France en tricycle pour l'Environnement

Il parcourt toutes les communes françaises en tricycle pour défendre l'Environnement.
Hervé Ridard  est passé par Bercloux le 12 juin avec son tricycle couché, un engin beaucoup plus confortable que le vélo. Son objectif est de visiter les 36000 communes de France pour parler du recyclage élémentaire, c’est à dire des petits déchets courants, comme les paquets et les mégots de cigarettes, les petits bouts de plastiques... qu’il ramasse. Il les voit bien puisqu’il voyage au raz du sol !
 “Je me suis donné un défi citoyen au service de l’environnement” dit-il. Il a créé une association “Recycl’art” et distribue des imprimés d’information sur le sujet. Savez vous par exemple qu’un mégot de cigarette , c’est 1 m3 d’eau polluée...
Hervé est passé par Saint Jean d’Angély car il est arrivé par le nord de la Charente-Maritime et a visité toutes les communes alentours.  Muni de ses cartes, “je découpe par secteurs entre les routes principales et je passe dans toutes les communes. Je découvre tous ses beaux villages qui n’ont plus de commerces”, ce qui le surprend. Il lui est difficile de s’approvisionner, mais l’accueil y est  très chaleureux. Il est souvent invité car les gens sont sensibles à sa démarche.
Fin juin, il devrait avoir vu toutes les communes de la Charente-Maritime et prendra un peu de repos dans l’île de Ré chez son amie, puis ira travailler sur la saison pour financer son voyage. “J’aimerais bien trouver un sponsor pour me libérer de l’alimentaire” avoue-t-il. Ensuite il repartira dans la Nouvelle Aquitaine et continuera son tour de France.
Il s’oblige à faire une dizaine de communes par jour, soit environ cent kilomètres.  Son matériel tient le coup et lui aussi. La pluie le gène le plus.  Il trouve toujours un abri et “je n’ai jamais eu de mauvaise journée ni humainement, ni physiquement”. Son aventure dure depuis plusieurs années et durera encore longtemps. “Mais je vais faire le périple. Je prends des notes et des photos que je mets sur Facebook. C’est une belle aventure qui permet d’être bien dans sa tête. Je me sens comme un enfant sur la route”. Pour chaque commune traversée, il fait apposé un tampon de la commune sur son carnet de routard, ou bien si la mairie est fermée, il trouve toujours quelqu’un pour signer et justifier son passage.
Originaire de la Guierche de Bretagne Hervé était un motard confirmé, mais à la suite d’un accident qui l’a cloué 4 mois sur un lit d’hôpital, il a eu le temps de la réflexion. Ce projet fou lui est venu à l’idée et il le réalise depuis. Il a parcouru la Bretagne, les Pays de Loire et il a commencé la Nouvelle Aquitaine en avril 2017. Il avait effectué toute la partie nord, l’Île de Ré et l’Île d’Oléron lors de son passage à Bercloux. Il doit maintenant bientôt arriver au bout des 473 communes charentaises.

 Pour suivre son aventure : page Facebook de l’association Recycl’art.

 Annie, la secrétaire de mairie, ajoute le tampon de la mairie sur le carnet de bord de Hervé Ridard


Hervé Ridard, 49 ans, utilise un tricycle permettant de rouler allongé, et qui tire une remorque d’une trentaine de kilos de survie.

samedi 13 mai 2017

8 mai 1945


Le message du secrétaire d'Etat auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire a été lu dans toutes les communes ce 8 mai 2017.

"Le 8 mai 1945, la victoire des nations alliées consacrait la victoire de la démocratie, des valeurs universelles de la liberté et de la dignité humaine. Il y a 72 ans prenait fin, en Europe, la guerre la plus meurtrière que l'humanité ait connue. Plus de cinquante millions de femmes, d'hommes et d'enfants, dont la moitié de civils, périrent.
Dès le 18 juin 1940, par la voix du général de Gaulle, la France avait dit son refus et sa volonté d'agir pour retrouver sa place au sein des grandes nations, afin de porter son message universel de Liberte, d'Egalité et de Fraternité. Le 8 mai 1945, la France était à Berlin, effaçant la défaite de mai 1940 et l'esprit de collaboration.
Aujourd'hui, nous rendons hommage à toutes les générations de la Seconde Guerre mondiale. Hommage aux combattants de 1940 dont les sacrifices permirent, lors de combats restés dans les mémoires comme en Norvège, à Montcornet ou à Chasselay, de ralentir l'avancée de l'armée allemande au printemps 1940. Beaucoup d'entre eux laissèrent leur vie lors de la bataille de France et firent honneur à nos armées.
Hommage à toutes ces femmes et tous ces hommes, Français ou venus du monde entier, issus de toutes les origines et de toutes les cultures, qui conjuguèrent leurs efforts pour libérer le territoire national et faire triompher la fraternité.
Hommage aux Français Libres qui, audacieux et précurseurs, venant de France, d'Afrique ou d'ailleurs, légionnaires, tirailleurs, marsouins, marins ou aviateurs, constituèrent une admirable cohorte de volontaires ayant en commun la Croix de Lorraine. Ces soldats de l'armée d'Afrique, anciens de Bir Hakeim débarquèrent en Provence. Ceux des commandos Kieffer furent les premiers Français à débarquer en Normandie.
Hommage aux Résistants de l'intérieur, de toutes convictions, qui choisirent de mener le combat sur le territoire national au sein de réseaux, de mouvements, de maquis.
Hommage aux victimes de la déportation, condamnées pour leurs idées ou pour ce qu'elles étaient, qui subirent l'innommable.
Souvenons-nous des milliers de victimes civiles, hommes, femmes et enfants, qui subirent représailles et bombardements.
Souvenons-nous également de ces victimes trop longtemps oubliées, gens du voyage fichés et internés, malades et handicapés morts de délaissement dans les établissement qui les hébergeaient.
Notre pays s'est construit, après 1945, sur le souvenir de ces tragédies et par la volonté de vivre ensemble au sein d'une Europe en paix, unie, préservée des nationalismes et des idéologies totalitaires.
C'est cette volonté qui a permis la réconciliation des nations européennes et c'est sur cette base que la construction européenne fut possible. Aujourd'hui, 72 ans plus tard, l'union de ces nations est la garantie de la préservation de la paix et de la liberté des Européens. En ce jour, nous mesurons l'étendue de la responsabilité que nous avons reçue en héritage et la nécessité impérieuse de le préserver, pour que le désastre que fut la Seconde Guerre mondiale ne se reproduise jamais". (Jean-Marc Todeschini).

Ce 8 mai a été suivi par la journée de l'Europe, anniversaire de la déclaration de Robert Schuman du 9 mai 1950, puis par la journée nationale des Mémoires de la Traite, de l'Esclavage et de leurs abolitions (mercredi 10 mai) et la fête nationale de Jeanne d'Arc et du Patriotisme dimanche 14 mai 2017.
Quelques images du 8 mai 2017 à Bercloux :