dimanche 9 juin 2013

Hommage à Jean Claude

Bercloux le 1er juin 2013


Hommage à Jean Claude


Il y avait beaucoup de monde ce samedi 1er juin aux obsèques de Jean Claude Quantin, le cantonnier de la commune de Bercloux.
Jean Claude est parti trop rapidement d’une maladie brutale et trop tôt, à la veille de ses 49 ans qu’il aurait fêté ce 15 juin.
Le maire, Philippe Laclie, a fait son éloge au cimetière, saluant son courage, son esprit de solidarité, sa disponibilité, son humour et sa joie de vivre... Le tout encadré par un sacré caractère.
Le “grand coeur” de Jean Claude le menait partout où il y avait des aides à apporter. Il a été pompier volontaire, garde chasse sur Bercloux, piégeur agrée de l’ACCA, membre très actif du comité des fêtes*.
Salarié de la commune de Bercloux depuis le 19 mai 2001, il a toujours voulu évolué dans sa fonction, passant les examens de conducteur d’engins, cherchant toujours a amélioré le travail.
Jean Claude était quelqu’un de responsable et on pouvait compter sur lui.
Il aimait les enfants et a promené ses neveu et nièce partout où il pouvait.
En souvenir de ce bon vivant, la municipalité a invité les personnes présentes à venir partager un verre et un casse croûte comme Jean Claude les aimait, dans le nouveau bâtiment communal pour lequel il a si bien milité et travaillé.
Repose en paix Jean Claude !


*le Comité des fêtes est en deuil et n’a pas le coeur à organiser sa prochaine brocante qui devait avoir lieu au moment de l’anniversaire de Jean Claude, un des piliers de cette brocante. Elle est reportée à la mi-juin de l’année prochaine.


photo Hebdo
- Au milieu des champs, Jean Claude prépare le feu d’artifice du 14 juillet. Il avait obtenu l’agrément.

_________________________________________________________


Discours du maire Philippe Laclie aux obsèques de Jean Claude
le samedi 1er juin 2013

“Moïse, Je vais être bref parce que tu n’aimes pas les bal-bla.
La maladie t’a emporté brutalement et surtout beaucoup trop tôt. Depuis plusieurs mois tu étais diminué physiquement et pourtant tu ne voulais rien laissé paraître. Tu as continué à travailler comme si de rien n’était... C’est honorable, respectable et courageux.
Ces trois dernières semaines, avec principalement Maryvonne et Jean-Marc, je t’ai accompagné dans ta lutte et quand j’écris ces quelques lignes, voici les qualificatifs qui me font penser à toi : Ton esprit de solidarité, ta disponibilité à tout heure, ton humour, ta joie de vivre.
Et tout ça s’est retrouvé à côtoyer ton gros caractère et ça faisait parfois des étincelles... Voilà, c’est le moment de te dire au revoir. Et puisque tu étais fier de travailler et d’être au service de la commune, puisque tu aimais la convivialité d’un casse-croûte et parce que j’en suis sûr tu aurais apprécié, au nom de la commune, j’invite tous ceux qui le souhaite à venir partager un dernier casse-croûte avec Moïse sur son lieu  de travail. Salut à Toi Moïse ! Bises et bonne journée. Philippe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire